Global Education Monitoring Report

Cible 4.1: Enseignement primaire et secondaire

D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité, qui débouche sur un apprentissage véritablement utile

CREDIT: Save the Children. Enseignants et écoliers à l'exterieur de leur centre scolaire au Honduras.

Les enfants nés entre 2010 et 2014 peuvent être considérés comme formant la génération ODD. Les plus âgés ont eu 5 ans en 2015 : dans beaucoup de pays, ils étaient censés intégrer l’enseignement pré-primaire en 2015/16, soit au tout début de l’ère des ODD (2015–2030). Les plus jeunes auront 16 ans en 2030, atteignant ainsi la limite d’âge théorique pour achever le premier cycle du secondaire. Pour que toute la génération ODD achève l’enseignement secondaire d’ici à 2030, il est indispensable que la cohorte actuelle soit scolarisée dans le primaire à l’âge requis. En 2017, le taux net ajusté d’admission en première année du primaire était de 86 % à l’échelle mondiale.

En 2017, quelque 64 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire, soit 9 % de l’effectif total, n’étaient pas scolarisés, tout comme 61 millions d’adolescents en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire (16 %) et 138 millions de jeunes en âge de fréquenter le deuxième cycle du secondaire (36 %). Dans le primaire, ce taux n’a quasiment pas varié depuis 2008. L’Afrique subsaharienne représente une part croissante des enfants non scolarisés, hormis dans le groupe d’âge correspondant à l’enseignement primaire ; dans d’autres régions, en Asie de l’Ouest notamment, des enfants ont dû interrompre leurs études en raison des conflits (Figure 7).

Le Programme international de recherche en lecture scolaire, qui évalue tous les cinq ans les élèves de quatrième année, est l’étude qui fournit les données internationales clés les plus récentes destinées à l’indicateur mondial sur les acquis de l’apprentissage. Dans la République islamique d’Iran, le pourcentage d’enfants ayant atteint le niveau de compétences le plus bas est passé de 56 % en 2001 à 65 % en 2016, soit une progression inférieure à un point de pourcentage par an. Certains pays, comme le Maroc et Oman, affichent un rythme de progression tel qu’ils semblent être en bonne voie d’atteindre la cible d’ici à 2030 ; ailleurs, comme en Azerbaïdjan, en Arabie saoudite et en Afrique du Sud, le pourcentage d’élèves ayant atteint le niveau de compétences le plus bas n’a pas progressé, ce qui laisse supposer qu’il sera très difficile pour ces pays d’atteindre la cible.

NOUVELLE MÉTHODE DE CALCUL DU TAUX D’ACHÈVEMENT POUR L’AGENDA ÉDUCATION 2030

Selon les données issues de l’enquête sur les ménages 2013–2017, les taux d’achèvement étaient de 85 % dans le primaire, de 73 % dans le premier cycle du secondaire et de 49 % dans le second cycle du secondaire. On constate cependant un décalage entre les données des enquêtes auprès des ménages et celles qui proviennent des recensements. En outre, en raison de la multiplicité des sources, les informations peuvent être contradictoires.

En prenant exemple sur la communauté de surveillance de la santé, l’Équipe du Rapport GEM a conçu un modèle de calcul des taux d’achèvement. La rétropolation des taux d’achèvement des cohortes antérieures donne une vision à long terme de la trajectoire de progression des taux dans un pays donné. Le niveau actuel de l’indicateur peut être estimé par extrapolation à court terme à partir des données les plus récentes. Plutôt que de prendre les estimations disponibles au pied de la lettre, cette approche permet de concilier les tendances et les évolutions globales provenant d’une multitude de sources de données.

 

Figure 7: L’Afrique subsaharienne représente une part croissante de la population non scolarisée dans le monde